Greenland, le dernier refuge – Bouée ou enclume de l’été 2020 ?

Greenland, le dernier refugeAvec un été bien plat en grosses sorties, Greenland, le dernier refuge est annoncé sur les affiches comme le blockbuster de l’été. Qu’en est-il vraiment ?

Juste une mise au point

Avant de parler de ce film, je souhaite dès à présent faire le parallèle avec Prometheus, le film de Ridley Scott sorti en 2012. Si vous vous en souvenez, ce film a été à la fois mal perçu et vendu… Mal vendu car mis en avant comme un préquel à Alien, le huitième passager et mal perçu. Avec une partie du public qui s’attendait à du Alien, du monstre, des massacres… alors que cet excellent film cache bien d’autres choses.

Nous avons dans Greenland exactement le même problème.
Greenland est annoncé comme blockbuster et film dans la catégorie “catastrophe”. Avec ces deux notions, on peut s’attendre aux premiers abords à un film du calibre des 2012, Le jour d’après voir San Andreas. Du gros budget, des effets spéciaux à outrance, du spectacle. Grave erreur ici !
Je vais revenir sur le sujet un peu plus tard.

L’équipe

Le réalisateur Ric Roman Waugh connu pour “Infiltré” ou “La chute du Président” réussi à réunir dans ce film, Gérard Butler révélé au public dans 300 en 2006. Il sera même le producteur de Greenland. À l’origine, le film devait être réalisé par Neill Blomkamp (District 9, Elysium…) avec Chris Evans dans le rôle principal. Butler sera accompagné de la magnifique Morena Baccarin (Stargate SG1, Deadpool…) et du jeune Roger Dale Floyd pour son 2ème film au cinéma.

Greenland, le dernier refuge

L’histoire et le film

Une comète se rapproche et est sur le point de percuter la Terre. Celle-ci risque d’engendrer une nouvelle extinction massive des espèces. Greenland nous plonge dans le drame d’une famille américaine sélectionnée pour survivre à la fin du monde… Ils seront témoins de la dure réalité des réactions humaines. Des meilleures comme des pires pour espérer rejoindre leur dernier refuge et survivre à la catastrophe.

Avec un tel scénario, tout du moins dans son pitch de base, je m’attendais à un film catastrophe dans sa définition primaire. Avec le côté émotif et la formule plus qu’utilisée au cinéma de la famille prise au piège face à une fin du monde imminente.

Greenland, le dernier refuge

Greenland se met rapidement en marche avec un film immersif ne voulant pas se reposer sur la simplicité des effets spéciaux pour créer son histoire. On rentre très vite dans la peau des personnages en admirant leur sang-froid dans une telle situation.

La deuxième moitié se montre moins percutante  avec même des impressions de faire tourner la bande pour justifier les 2h du film et la catastrophe en approche. Certes, amener des personnages déterminés à survivre peu importe les moyens permet de voir les différents aspects de l’homme. Mais l’intensité du début aura du mal à reprendre par la suite.

Mon avis final

Finalement, je trouve le film mal équilibré. Que ce soi au niveau de l’histoire et des effets spéciaux assez mous. Même si le réalisateur a voulu privilégier l’humain et on peut même saluer l’excellent jeu des acteurs. Il manque à mon goût, ce petit quelque chose pour rendre le film explosif.

Bref, le film reste sympa mais il n’a sa place dans les blockbusters que par le manque de sorties actuelles. Un film mal amené dans sa bande-annonce et trompeur sur ses arguments de vente. Exactement comme Promtheus dont je parlais tout à l’heure. Le film reste tout de même bon une fois que l’on a en tête l’erreur de ciblage.

L’histoire de ce film, les faits, les réactions et le déroulé deviendront peut-être un jour la réalité.

Dernier point à soulever, d’habitude je suis pour garder les noms originaux des films (coucou les amis Québecquois ^_^). Nous avons dans Greenland, le dernier refuge à la fois un nom américain signifiant Groenland. Ainsi que la notion “le dernier refuge” existant uniquement en France. Pourquoi ne pas avoir pour une fois traduit le nom ? Est-ce par curiosité du terme “Greenland” pouvant signifier beaucoup de choses comme une nouvelle Terre de ne pas le traduire ou de ce dire que le nom Groenland aurait pu entrainer une nouvelle confusion du public. Allez savoir.

Ma Note

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More