Les Enfants du Temps – Séance de questions-réponses à Makoto Shinkai

Le Grand Rex - Les Enfants du temps

En ce 12 décembre 2019, le Grand Rex de Paris accueille une nouvelle avant-première : Les Enfants du Temps.

Derrière ce nom se cache le réalisateur de l’incroyable Your Name, Makoto Shinkai.

Le réalisateur était présent ce soir au Rex pour nous présenter son film. Une première partie avec les questions de Marie Palot, la présentatrice de J-One. puis d’une partie d’une public.

 

 

Voici la séance avec Marie en vidéo puis en retranscription texte :

Bonsoir, je suis Makoto Shinkai réalisateur d’animation et du film Les Enfants du temps. Je suis très touché par votre accueil extrêmement chaleureux. Et je suis vraiment étonné de vous voir aussi nombreux malgré la pluie et les grèves et j’ai même entendu que certains d’entre vous ont pris une chambre d’hôtel pour venir.

Merci beaucoup !

Marie Palot : Qu’est-ce que ça vous fait d’être dans la plus grande salle parisienne et ce public ?
Makoto Shinkai : En fait j’étais déjà venu au Rex il y’a 6 ans mais j’étais dans une petite salle. Pourquoi cette petite salle ? Il y’avait le même jour la projection de Star Wars dans cette grande salle. Je n’aurais jamais imaginé pouvoir un jour montrer mon film dans cette salle, c’est comme dans un rêve.

Marie Palot : En parlant du film, d’où vous est venue l’idée des Enfants du Temps ?
Makoto Shinkai : Il y’a plusieurs choses qui m’ont inspirées pour écrire ce film.
La première chose est le changement climatique qui se déroule de nos jours. Vous devez aussi le ressentir à Paris. Au Japon c’est pareil et surtout en été. Nous connaissons de plus en plus d catastrophe naturelle, il pleut beaucoup plus qu’avant. Et donc c’était d’abord ma première inspiration pour ce film.

Marie C Palot

Marie Palot : N’est-ce pas trop difficile de se remettre à écrire après un succès comme Your Name ?
Makoto Shinkai : Même après le succès de Your Name, je n’avais pas vraiment de pression. Pour un réalisateur, c’est de faire un film le plus intéressant possible. Finalement, le succès commercial dépend du producteur et du distributeur. Donc si le film ne marche pas, ce n’est absolument pas de ma faute.

Marie Palot : Vous venez souvent en France, qu’est-ce que vous aimez le plus ?
Makoto Shinkai : J’adore les grèves !
Cette réponse est très sérieuse, je trouve qu’il y’a une grande tolérance pour accepter la différence en France par rapport au Japon. Pour ça, j’ai beaucoup de respect pour la France.

Marie Palot : La plupart des gens vont découvrir votre film pour la première fois, avez-vous quelque chose à leur dire ?
Makoto Shinkai : J’espère vraiment que vous allez prendre plaisir à découvrir ce film.

Merci beaucoup Monsieur Shinkai

 

La séance de questions-réponses avec le public contient de nombreux spoils sur le film

 

Question : Comment ce film a été perçut au Japon ?
Makoto Shinkai : Par rapport à la fin du film, pour les habitants de Tokyo, cette fin n’est pas du tout plaisante.
Avant la projection, je vous parlais déjà des changements climatiques que nous connaissons aujourd’hui, notre monde est en train de devenir fou.
Hina qu’on voit à la fin du film, n’a plus son pouvoir de fille du soleil. Et malgré ça, elle reste sous la pluie face à la ville de Tokyo en train de prier. Je pense que si j’ai fait ce film, c’est vraiment pour montrer ce plan-là. Chacun peut interpréter la fin du film comme il le veut, mais pour moi, il s’agit d’une fin très positive

Question : A la fin de Your Name, est-ce qu’ils terminent ensemble (Taki et Mitsuha) ?
Makoto Shinkai : Je ne sais pas si vous avez remarqué mais dans le film les Enfants du temps, on voit le personnage de Taki chez Madame Tashibana. Et cette personne dit justement que Tokyo a retrouver sa forme d’avant. En référence à la baie de Tokyo façonnée par l’homme. Si vous avez bien remarqué, madame Tashibana porte la tresse de Mizuha.
Alors j’ai imaginé que pour moi, Mizuha et Taki se sont mariés et que Mizuha a donné la tresse à la grand-mère de Taki.

Question : Your Name parlait du sacrifice d’une relation pour le bien de la communauté et là nous sommes clairement dans l’inverse, on a cette relation qui sacrifie le bien commun. Est-ce que c’était réfléchi de votre part, est-ce un hasard ou est-ce que les films se répondent comme un diptyque ?
Makoto Shinkai : Tout à fait, c’est assez volontaire. La pluie qu’on voit dans le film montre bien l’atmosphère très étouffante de la ville de Tokyo.
La ville de Paris et la ville de Tokyo sont des villes très différentes avec des atmosphères différentes. Mais à Tokyo quand on fait des erreurs, on se retrouve très attaqué par la communauté. Donc cette pluie représente pour moi cette atmosphère étouffante.
Hodaka fait tous ces efforts pour sauver le destin de Hina. Pour les autres personnes, c’est quelque chose de très gênant. Ce qui veut dire que leur bonheur est complètement opposé des autres personnes. Je me suis dit que si les spectateurs peuvent s’identifier au personnage d’Hodaka et s’ils comprennent un peu ce qu’il ressent, le monde sera un peu moins étouffant.

Question : On retrouve beaucoup de choses dans vos films, est-ce que vous vous inspirez de choses que vous vivez-vous dans votre vie personnelle pour faire vos films ?
Makoto Shinkai : Je ne parle pas de ma vie personnelle dans mes films, je n’ai jamais eu de relation à distance ni rencontré une fille du soleil. Mais je me souviens très bien ce que je ressentais quand j’étais adolescent. A l’époque, j’éprouvais une solitude et j’avais vraiment envie de rencontrer quelqu’un plus important que moi. Et c’est en essayant de me rappeler ce que je ressentais à l’époque que je fais des films.

Question : Avez-vous une raison particulière d’avoir fait un film qui ne se base pas sur les relations à distance ?
Makoto Shinkai : Déjà, je ne suis pas un réalisateur spécialisé en histoires d’amour.
Quand je suis allé à Tokyo à l’adolescence, j’ai vraiment été impressionné par cette ville. Et je me disais comme Hodaka, “Tokyo ça craint, Tokyo c’est super”.
En fait j’ai voulu montrer la ville de Tokyo comme le personnage de Hina. C’est-à-dire que si on arrive à connaître Hina, on connait également Tokyo, je les ai mis sur le même niveau.

Question : Étant donné que Your Name et les Enfants du temps se passent dans le même univers, y’a-t-il un lien entre les phénomènes surnaturels des films ?
Makoto Shinkai : Déjà, je ne fais pas de lien direct entre la météorite de Your Name et la pluie des Enfants du Temps. Les 2 films évoquent des catastrophes naturelles. Le Japon est un pays où il y’a beaucoup de catastrophes naturelles, des tremblements de terre et des problèmes liés à l’eau depuis peu. Au niveau nature, Tokyo n’est pas du tout stable comme Paris. J’ai toujours l’impression que cette ville peut rapidement changer voir un jour disparaitre. Et donc ce sentiment que j’éprouve, c’est surement ce qu’on voit dans les films.

Question : Vous savez tous qu’il y’a un des meilleurs groupe de musique dans ce film, à savoir, les Radwimps. Ils sont aussi présents dans Your Name et je me demandais si vous allez continuer votre collaboration avec eux ?
Makoto Shinkai : Par rapport à Radwimps, je suis ami avec le chanteur de ce groupe (Yōjirō Noda), on va souvent boire un verre ensemble. Mais chaque fois que l’on se voit, on évite de parler de nos projets. C’est vrai que c’est un groupe de musique extraordinaire, j’ai beaucoup travaillé avec eux. Mais c’est également difficile de travailler avec eux surtout de les suivre. Je crois que finalement que Radwimps doit se dire que ce n’est pas facile non plus de travailler avec moi. C’est intéressent mais c’est dur.
Notre collaboration est vraiment très étroite avec Radwimps, il m’arrive de faire des demandes de musique et il arrive aussi qu’ils me demandent d’adapter mon scénario à leur musique. Radwimps et moi nous connaissons très bien les difficultés de travailler ensemble, nous sommes à la fois tentés et hésitants.
Je ne sais pas si ce sera le cas pour mon prochain film mais nous retravaillerons ensemble, soyez patient.

Question : Peut-on voir dans ce film un clin d’œil au Voyage de Chihiro ? Et pouvez-vous nous parler du clin d’œil à Pretty Cure ?
Makoto Shinkai : C’est vrai que j’ai pensé au Voyage de Chihiro mais surtout dans la scène où les 2 personnages tombent du ciel. Lorsque j’écrivais le stroyboard, je me suis dit « zut, ça se ressemble ».
Effectivement, on peut voir parmi les premiers clients, 2 cosplayers de cette série. Il faut savoir que Pretty Cure est très populaire au Japon. Les personnages voulaient simplement avoir un peu de soleil.
Dans le film il y’a également Godzilla, donc la prochaine fois que vous le verrez, faites attention.

Question : On a pu voir que Your Name et les Enfants du temps sont reliés. Peut-on espérer un prochain film pour voir l’évolution des personnages ?
Makoto Shinkai : C’est vrai qu’il y’a des liens entre les 2 films. Les Enfants du temps se déroulent en 2021 et Taki et Mitsuha se retrouvent dans Your Name en 2020. Je pourrais continuer dans ce sens-là mais je ne souhaite pas faire de suites infinies comme dans Avengers.

Question : En plus du livre de « L’attrape-cœurs » de Salinger que l’on voit au début, quelles sont vos autres références et inspirations ?
Makoto Shinkai : C’est vrai que Hodaka amène son livre préféré qui est L’attrape-cœurs de Salinger. Pourquoi j’ai fait apporter ce livre ? Parce que le personnage principal de ce livre ne se sentait pas adapter à la société et décide de fuguer. Je constate que vous avez vu le film avec beaucoup d’attention et je vous remercie beaucoup.

Question : Tout à l’heure vous parlez du changement climatique, est-ce que ce film est un moyen de faire passer un message à générations futures d’endosser les responsabilités ?
Makoto Shinkai : Je parle de manière personnelle, je ressens les vrais dangers sur les changements climatiques. Mais pour ce film, je ne voulais surtout pas que l’écologie soit pris comme sujet direct et c’est pour ça que j’ai éliminé le plus possible les termes en faisant référence. Je voulais vraiment que les spectateurs prennent du plaisir de voir un film de divertissement de rencontre entre un garçon et une fille.
Si on trouve mon message personnage sur le changement climatique dans le film c’est vraiment la scène finale, le plan où l’on voit Hina en train de prier devant la ville de Tokyo inondée.

Question : Ou-est-ce que l’on trouve le chien de l’opérateur téléphonique Softbank ?
Makoto Shinkai : Vous ne connaissez pas forcément les spots publicitaires de Softbank. Dans ces spots, il y’a le personnage d’un chien blanc et ce chien apparait dans le film, simplement par ce que nous avons un partenariat.
Dans le film, nous avons 3 plans où l’on voit ce chien. Je vous dévoile un de ces plans : Quand Hodaka va au manga café, on voit ce chien passer en second plan. Je vous laisse chercher vous-même les autres passages.

Question : Toute cette histoire de la fille du soleil vient-elle de légendes japonaises ou vient-elle de votre imaginaire ?
Makoto Shinkai : les filles du soleil n’existent pas en France ?
En fait, il y’a une expression japonaise qui dit « je suis une fille du soleil » ou « je suis un homme de pluie ». Mais c’est un peu comme les superstitions quand une personne est là et qu’il fait toujours beau, on l’appelle « fille ou homme du soleil ». Mais évidemment quand on dit ça, il ne s’agit pas de personnes qui amènent à chaque fois le soleil mais je me suis dit si cette fille devait amener le soleil à chaque fois, qu’est-ce qu’il se passerait ?
Lors de l’avant-première “Les Enfants du Temps” au Japon, il pleuvait, pareil à Londres et pareil ce soir à Paris. On peut donc dire que je suis un homme de pluie.

Question : avez-vous eu le temps, les ressources et si vous avez pu mettre ce que vous vouliez ?
Makoto Shinkai : Grâce au succès de Your Name, j’ai pu obtenir un budget assez conséquent, de ce point de vue, j’étais très satisfait. Mais en même temps la durée de production a été raccourcie et ce fut très dur. En tout cas, je peux dire que tout ce que je voulais faire dans ce film a été réalisé.
Il y’a 3 ans je suis venu à paris et j’avais promis que je reviendrais et me revoici.
Pourquoi c’était difficile, à cause de la durée de production et j’aimerais vous promettre de revenir une nouvelle fois dans 3 ans. Même si avec cette promesse, je sais que je vais beaucoup souffrir.

Question : N’est-ce pas trop difficile de se voir considéré comme le nouveau Miyazaki ? Le fardeau n’est pas trop lourd à porter ?
Makoto Shinkai : Le fait que l’on me considère comme le nouveau Miyazaki est un grand honneur mais ça me gêne aussi. J’aimerais devenir comme lui et c’est un réalisateur vraiment unique. Mais je ne peux pas faire la même chose que lui à son niveau donc je ne pourrais pas répondre à l’attente du public. Les gens me comparent avec Miyazaki, ils me surestiment vraiment. C’est vrai aussi que cette question se pose au Japon. Qui sera le post-Miyazaki et on commence même à parler d’un post-Shinkai. Je trouve que c’est beaucoup trop tôt, je suis toujours vivant et Miyazaki travaille toujours sur des films.

Question : Dans toutes vos œuvres, j’ai toujours un visuel ancré dans ma tête comme un levé ou un coucher de soleil. Est-ce imaginé ou est-ce du vécu que vous voulez montrer dans vos œuvres ?
Makoto Shinkai : On dit souvent que mes films sont extrêmement réalistes comme des photos mais je ne cherche pas à faire des films « photos ». J’appellerai ça plutôt des paysages de souvenirs ou de mémoires et faire passer des émotions que l’on ressent en voyant des paysages. Par exemple la couleur rougeâtre d’un coucher de soleil ou le sentiment de froid de la pluie. Donc ce sont plutôt les sentiments que je veux décrire.

Question : Pouvez-vous me dédicacer les affiches ?
Makoto Shinkai : Si nous nous rencontrons par hasard dans la rue, ce sera avec plaisir

Question : Préférez-vous One Piece ou Naruto ?
Makoto Shinkai : Je suis vraiment désolé mais je n’ai jamais vu ces séries. J’ai 46 ans, je fais partie de la génération Dragon Ball.

Question : Pensez-vous vraiment que l’on peut vivre la planète et penser pour soi ?
Makoto Shinkai : Dans la scène où Hodaka et Hina tombent du ciel, Hodaka lui dit « tu n’es plus « fille du soleil », maintenant tu dois vivre pour toi » et elle répond « oui ». Mais malgré ça à la fin du film, on retrouve Hina en train de prier pour les autres. Donc même si on décide de vivre pour soi, on finit par vivre pour les autres et je pense que c’est ça les êtres humains.

Question : Dans la première scène où l’on voit le premier éclaircissement, j’ai l’impression qu’il s’agit de l’endroit où les personnages de Your Name se retrouvent. Est-ce que vous confirmez ?
Makoto Shinkai : C’est vrai qu’on retrouve le même angle de caméra. On voit les 2 personnages de profil et d’ailleurs on retrouve le même angle quand on voit la première éclaircie. En fait, cet angle est un peu une sorte de tic dont je n’arrive pas à me débarrasser et à chaque fois je me dis « encore, zut ».
Dans un de mes anciens films (Au-delà des nuages), on voit aussi le même plan.

Aligato ! Aligato !

Les Enfants du Temps sortiront le 8 janvier 2020 en France, vous trouverez notre avis sur cette page

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More