Le Geekz Club

Geeks, mais aussi : Otaku, Nerds et Gamers!

The Deep House
Cinéma Tests & Critiques

The Deep House l’avis du GeekzClub un Ghost Adventures aquatique?

The Deep HouseSalut les Geekz, moi c’est Arnaud et je dois vous avouer que je ne croyais pas aux esprits jusqu’au jour ou je me suis retrouvé nez à nez avec The Deep House, alors j’ai voulu tenter de retranscrire dans cet article ce que j’ai pu ressentir et voir de mes propres yeux dans cette avant-première, ou je me suis rendu seul mais bien entouré par des spectateurs, nous avons été gratifiés car une partie de l’équipe du film était présente : un des réalisateurs du film Julien Maury et de l’actrice principale Camille Raw. Le lieu de l’action du film? Une maison immergée réputée pour être le siège d’une forte activité paranormale où des fans d’urbex tenteront de percer les mystères. Glaçant, extrême, flippant, bienvenue dans l’univers de The Deep House.

Oui l’introduction de “The Ghost Adventures” est parfaite pour vous ouvrir cet article sur ce film.

Le nouveau film du duo Bustillo et Maury

En effet, Alexandre Bustillo et Julien Maury travaillent ensemble depuis maintenant 15 ans. The Deep House est leur 6ème film après “A l’intérieur” ; “Livide” ; “Aux yeux des vivants” ; “Leatherface” et “Kandisha. Ces deux passionnés du cinéma se rencontrent en 2006 pour la réalisation de “A l’intérieur”, un premier film d’horreur et angoissant. Alternant avec l’horreur et le fantastique, le duo essaye à chaque fois de proposer quelque chose de nouveau aux spectateurs. Marqués par les titres du genre comme “Les dents de la mer”, Bustillo sort de l’université de Saint-Denis avec une maîtrise du cinéma et de l’audiovisuel. Maury quant à lui commence sa carrière plus modestement à la télévision comme cadreur.

Leurs films rencontrent un certain succès. Par exemple, “A l’intérieur” fait partie de la sélection du festival de Cannes ou “Livide” avec plusieurs nominations dans différents festivals à travers le monde. Dans The Deep House, leur volonté était de proposer une histoire de maison hantée différente. Habituellement, les acteurs sont confrontés à des phénomènes étranges. Dans ce film, un 3ème acteur viendra ajouter son grain de sel tout au long du film et surtout dans sa réalisation : l’eau.

L’histoire du film

Un jeune couple, Tina et Ben fans d’urbex (de l’exploration urbaine de lieux abandonnés), parcours différents sites afin de proposer sur leur chaine YouTube, des vidéos à frissons et d’explorations. Un jour, ils entendent parler d’un spot en France avec l’existence d’une maison hantée dans les profondeurs d’un lac. En arrivant sur place, ils découvrent que le lac en question est devenu un lieu touristique… Ben fait à ce moment la connaissance de Pierre, un gars du coin un peu louche leur indiquant le spot secret recherché pour trouver cette fameuse maison. Commence alors la descente en enfer du couple vers une maison renfermant une présence démoniaque.

The Deep House, ne pas entrer

L’angoisse monte tout au long du film. Commençant doucement avec la visite d’un sanatorium et les quelques blagues de mauvais de Ben avec sa compagne. Puis la descente dans le silence aquatique. Dès que la maison apparaît, l’ambiance se met immédiatement à changer. Entre la disparition des poissons aux alentours, une crypte, les signes religieux absolument partout… On apprendra tout au long du film ce qu’il s’est passé dans cette maison avant qu’elle soit immergée au fond d’un lac. Jusqu’à la scène finale où un peu d’espoir étant encore présent dans le coeur des spectateurs avant un silence total !

The Deep House, un défi technique

A la fin du film, le réalisateur est venu répondre à quelques questions avec le public où on apprend les anecdotes et les défis techniques du film. On apprend de la bouche même de Julien Maury que le film a été véritablement réalisé sous l’eau contrairement à Aquaman par exemple. Presque l’ensemble du film est réalisé dans le plus grand bassin cinématographique d’Europe, plus précisément en Belgique. Les décors, la charpente et quelques pièces de la maison sont réalisés dans un premier temps à l’extérieur avant d’être immergés dans un bassin.

Premier défi technique, la pression et la force destructrice de l’eau. Julien Maury nous explique par exemple que le piano que l’on peut voir dans le film a été presque entièrement détruit par l’eau en l’espace de quelques jours alors qu’il était comme neuf lors de la production du film. Il nous détaille également pour que le décor résiste à l’eau. Celui-ci descendait par phase dans le bassin afin de voir si des éléments se cassaient et faire en sorte (comme pour le corps humain), que le décor s’habitue à la pression. La façon de filmer et d’organiser la production du film en voulant réaliser The Deep House véritablement dans l’eau a été l’occasion aux réalisateurs de réapprendre presque entièrement le métier.

Au début, ils pensaient “nous allons mettre du décor dans l’eau, quelques caméras et c’est bon” mais non, les choses ne sont pas si simples. Tout est différent sous l’eau et il a fallu trouver des solutions pour réaliser ce film. Ce film fut un véritable challenge pour l’équipe technique avec la nécessité de se réinventer et trouver des solutions pour tout. Trouver des méthodes pour que les éléments résistent, les jeux de lumière avec la résistance de l’eau et le travail de mise en scène. Réalisé dans un bassin, l’eau est de facto claire et limpide. Afin de rendre l’ambiance du film obscure et flippante, il a fallu aux équipes trouver des moyens pour opacifier l’eau comme dans un véritable lac. Du terreau ainsi que du lait et de la bouillie de choux ont utilisé pour atteindre le résultat voulu.

Un défi aussi pour les acteurs

Être filmé sous l’eau demande une préparation particulière. Camille Raw nous raconte à la fin du film qu’elle a eu une petite préparation physique avec la combinaison de plongée par exemple et se mettre au sport pour pouvoir se mouvoir de façon assez fluide pendant le film. Des bouteilles d’oxygène étaient d’ailleurs cachées dans les éléments de décor en cas de problème et tout une équipe de secours.

Hormis Ben et Tina, les personnages du film. Vous verrez des revenants dans le film, nous apprenons que ces acteurs n’avaient pas de bouteilles pour les scènes sous l’eau mais étaient uniquement en apnée. Pour ne pas perdre de temps, ces acteurs avaient tout de même des respirateurs dans les moments où on ne les voyaient pas et les retiraient quand c’était à eux de jouer.

Un défi pour la prise de vues

Finalement nous vivons l’aventure un peu comme dans Ghost Adventures. Caméras GoPro sur les casques des 2 acteurs pendant les scènes aquatiques. Mais afin d’éviter de donner la gerbe au public, une 3ème caméra est ajoutée pour dynamiser les plans en la présence d’un drone accompagnant les acteurs dans leur périple. Ce même drone est également une sorte de compagnon pour les acteurs. celui-ci leur permettant de détecter les dangers, les éclairer et de filmer en 4K par exemple. Ce double usage servira aussi finalement aux spectateurs pour avoir différents angles de vue.

Les caméras sur les casques permettent aussi d’intensifier les moments d’angoisses avec des très gros plans sur les visages jusqu’au fond des yeux. Des images prises sur le vif avec le jeu des acteurs et le drone apportant la lisibilité nécessaire à l’action.

Dernière anecdote, les réalisateurs ont consulté le concepteur du clip de Beyoncé (Runnin’ (Lose It All)), Charlie Robbins. Ce clip bien particulier où l’on voit un couple d’apnéistes français courir en position inversée sous l’eau. Son expertise permettant ainsi à Maury et Bustillo de produire un film d’horreur unique en son genre dans la prise de vues et réalisation.

La Peur - The deep house

Sans oublier le confinement…

Il ne fallait pas l’oublier celui-là… Le film est réalisé dans plusieurs endroits. L’extérieur, dans le sud de la France et ce qui se passe sous l’eau, dans le bassin géant belge. Sauf que pendant le tournage, le premier confinement est arrivé ce qui a entrainé un arrêt de plusieurs mois de la production… La production, heureusement a pu reprendre par la suite mais la pandémie n’étant pas finie, il restait une phase majeure du film à réaliser : Les prises de son.

Effectivement, enregistrer des dialogues sous l’eau rendrait un effet très mauvais, un petit peu comme un vieux poste radio qui grésille. Pour remédier à ce problème, l’enregistrement des voix s’est fait dans un deuxième temps en studio. Pandémie et restrictions de mouvements obligent parfois les acteurs à s’enregistrer avec les moyens du bord avec de la visioconférence. Ce qui dans un sens a permis de donner un son avec un effet particulier, idéal pour s’imaginer sous l’eau.

The Deep house mon avis sur le film

Moi qui ne suis pas un grand adepte des films d’horreur, je dois bien avouer que ce film m’a véritablement cloué ! Sans effusion de sang, nous sommes plutôt dans l’angoisse et le ressenti des personnages. Bien que court (seulement 1h22), je peux vous dire que vous allez affronter cette angoisse monter en vous et attendre le final avec impatience pour savoir comment les acteurs s’en sortiront. Je ne vous dirais rien de plus à ce sujet sauf de la présence d’un post ending à la fin du film et qu’une autre fin fut envisagée mais vite abandonnée pour ne pas ajouter de complexité au film.

Le film sort ce mercredi 30 juin, ce qui est parfait avec l’été du cinéma qui commence, n’hésitez pas à aller le voir, il vaut vraiment le détour !

Ma Note

LEAVE A RESPONSE

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Hello, moi c'est Arnaud alias Nonotraz. Passionné de mangas et d'animés depuis les années 90. Geek à mes heures et cinéphile